Bulletin de l'été - Alaa El Aswany, J’ai couru vers le Nil, Actes Sud, frs 35.70

Alaa El Aswany, J’ai couru vers le Nil, Actes Sud, frs 35.70

Un roman qui relate la révolution égyptienne de 2011. Le titre original de ce livre en langue arabe s’intitule « La république comme si », une allusion très claire à la dictature où l’hypocrisie sociale régit les rapports humains, donnant une image du pays qui ne correspond pas à la réalité qui s’y déroule.
Ce roman choral, raconte le destin d'une vingtaine de personnages qui subissent ou tolèrent la répression du gouvernement. C’est l’espoir de ce peuple « jeune » (60 % de la population égyptienne à moins de 40 ans) où les rêves, le courage et la détermination de chacun vont leur permettre de se rassembler sur la place Tahrir et pousser Moubarak à démissionner.
Un combat qui laissera des traces dans le cœur de chacun des personnages, des joies et des blessures. Il y aura l’avant, et l’après-révolution. Même si aujourd’hui l’Égypte n’est pas une démocratie, cette bataille, reste une victoire marquante.
Le comportement du gouvernement actuel est celui d’un tigre blessé, et il n’a pas pu anéantir l’espoir et le rêve, même s’il est déterminé à tuer le courage. Il n’a pas gagné la guerre !
Alaa El Aswany a participé à cette révolution et s’est inspiré des rencontres qu’il a faites sur la Place Tahir pour composer ses personnages. Il a su leur donner le relief et les couleurs nécessaires pour en faire des personnages exceptionnels.
Ce texte est un formidable souffle de solidarité, un magnifique élan de liberté ! LdV

Rubrique Critiques: