Le Michel-Ange électrique

Le Michel-Ange électriqueSarah HALL
Le Michel-Ange électrique (trad. anglais)
Traduction de Jean Guiloineau
10/18, 2006

Dans ce superbe roman, Sarah Hall nous raconte l’histoire d’un homme qui a pour métier celui de marquer la peau de symboles intimes et révélateurs. Le destin de Cyril Parks, aussi merveilleux que tragique, comme un tableau dont on ne saurait dire s’il est beau ou s’il est laid.

Avec une écriture poétique, l’auteur dépeint tout d’abord l’enfance de son héros dans une station balnéaire du nord de l’Angleterre où il aide sa mère à s’occuper de mineurs phtisiques.

Puis son apprentissage dans la douleur et le sang, auprès d’un artiste tatoueur de génie mais néanmoins fou et violent. Enfin, son exil outre-atlantique. Nous sommes alors dans les années 30. Cyril exerce son art à Coney Island, foire perpétuelle dans laquelle les corps difformes rencontrent la cruauté de la foule fascinée et effrayée à la fois. C’est là qu’il côtoie les sœurs siamoises, l’homme fontaine, ainsi qu’une écuyère qui lui fera une étrange commande..

 

N’étant pas sans rappeler le « Freaks » de Tod Browning, ce roman a pour thème le regard - ce que l’on voit ou croit voir, ce que l’on convoite et ce que l'on épie.

Catherine Zoellig (paru dans Le Temps le 17 mars 2007)