Non-lieux

"Les non-lieux réels de la surmodernité, ceux que nous empruntons quand nous roulons sur l’autoroute, faisons les courses au supermarché ou attendons dans un aéroport le prochain vol pour Londres ou Marseille, ont ceci de particulier qu’ils se définissent aussi par les mots ou les textes qu’ils nous proposent: leur mode d’emploi, en somme, qui s’exprime selon les cas de façon prescriptive («prendre la file de droite»), prohibitive (« défense de fumer») ou informatique («vous entrez dans le Beaujolais») et qui a recours tantôt à des idéogrammes plus ou moins explicites et codifiés (ceux du code de la route ou des guides touristiques), tantôt à la langue naturelle.. Ainsi sont mises en place les conditions de circulation dans des espaces où les individus sont censés n’interagir qu’avec des textes sans autres énonciateurs que des personnes «morales» ou des institutions…"
Marc Augé
Non-lieux
1992

Non-lieux