Liêm Hoang-Ngoc, Les mystères de la Troïka

Liêm Hoang-Ngoc, Les mystères de la Troïka
Bellecombe-en-Bauges, éditions du croquant, 2014, 153 pages, 18.20 CHF.

Un attelage russe à trois chevaux? Non, la Troïka dont il est question désigne ici la Commission européenne (CE), la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI), réunis pour “gérer” le problème de la dette souveraine de pays européens membres de la zone euro, sur le principe cher au FMI d’aide contre réformes libérales. À l’heure des difficiles négociations entre le gouvernement grec et l’Eurogroupe (juillet 2015), l’ouvrage de Liêm Hoang-Ngoc (publié en juin 2014), est une lecture utile à quiconque cherche à mieux comprendre qui sont les acteurs derrière ces négociations aux conséquences économiques, sociales et politiques colossales.

Le principal mérite de cet ouvrage est d’être très bien informé. L’auteur était alors un député socialiste français au Parlement européen (il n’est plus député, ni membre du parti socialiste d’ailleurs), et un des deux rédacteurs, avec Othmar Karas de l’Österreichische Volkspartei, du rapport d’initiative d’enquête du Parlement européen sur “le rôle et les activités de la Troïka dans les pays en programme de la zone euro”, c’est-à-dire l’Irlande, le Portugal, Chypre et la Grèce. Dans le cadre de sa mission parlementaire, l’auteur a ainsi pu auditionner les acteurs clés de ces négociations (à l’exception de quelques-uns qui échappent au contrôle démocratique). La troisième partie de l’ouvrage contient ledit rapport adopté par le Parlement européen le 13 mars 2014, qui proteste contre l’absence de légitimité démocratique de la Troïka, contre les conflits d’intérêts de la BCE, contre l’opacité des négociations et, in fine, contre le mépris manifesté à l’égard du Parlement européen. Pour contrebalancer cette prose très administrative, et surtout un texte de compromis politique, l’auteur propose dans les deux premières parties de son ouvrage sa lecture critique de l’action de la Troïka. Limpide et efficace. Une démarche indispensable dans une démocratie: un député prend le temps d’expliquer clairement à ses concitoyen.e.s une de ses interventions parlementaires.