Critiques de livres

Mon dernier cheveu noir

Mon dernier cheveu noirJean-Louis Fournier
Mon dernier cheveu noir
Anne Carrière, 2006

"Mourir, cela n'est rien; mourir, la belle affaire. Mais vieillir..." chantait Jacques Brel. Jean-Louis Fournier nous parle aussi de cette inéluctable décrépitude, sauf qu'il préfère en rire. Pour lui, la vie se divise en deux périodes : la première durant laquelle on attend les catastrophes, la seconde lorsqu'elles arrivent. Ce qu'il qualifie de catastrophes, ce sont les cheveux qui grisonnent et/ou qui tombent, la chair qui s'amollit, l'oreille qui s'endurcit, entre autres. Il y a aussi le cortège des désillusions : "je ne serais jamais roi de Suède", "je ne traverserai jamais l'Atlantique à la rame", "si vous passez l'hiver, vous verrez : l'été, c'est pareil".

Manuel de survie dans les dîners en ville

Manuel de survie dans les dîners en villeSven Ortoli
Manuel de survie dans les dîners en ville
Seuil, 2007

Il nous est arrivé à tous d'être en panne d'inspiration lors de dîners un peu mondain et de rester tout simplement coi.

Nous sommes même un peu jaloux devant ces beaux parleurs qui tiennent le crachoir pendant toute la soirée alors que nous, pauvre petite chose tapie à l'autre bout de la table ou du salon, nous nous creusons la cervelle pour rebondir et trouver quelque chose d'intéressant à dire.

Grâce à ce petit livre de «philosophie» de 152 pages, nous allons enfin pouvoir interpréter ce rôle très envié de beau parleur des dîners mondains.

Concentré de Contre-culture

concentré de contre-cultureBruce Benderson
Concentré de Contre-culture
Scali, 2007

Quelle place pour la culture« Underground » aujourd’hui ? Doit-on obligatoirement se heurter à un conformisme affligeant et banalisé; suffit-il d’évoquer un passé glorieux, fait de temps meilleurs, et d’époques révolues ? Perplexe, Bruce Benderson, 61 ans, a finalement décidé de nous apporter sa contribution sur le sujet sous la forme d’un nouveau texte.

Un concentré de contre-culture présentant 50 idées, personnes et événements de l’Undergroud qui ont marqué sa vie. Des Black Panthers aux premiers Skinheads, en passant par José Bové, le lecteur évolue au cœur d’une sorte d’autobiographie encyclopédique.

Pages