Critiques de livres

Une tête bien vide - Gilbert Hernandez

Une tête bien vide - Gilbert Hernandez

Gilbert Hernandez, Une tête bien vide, Genève, Atrabile, 2015, 120 pages, frs 29.-.

 

La BD, au dessin clair et dépouillé, commence par le gros plan de la tête d'un enfant de profil qui semble nous regarder avec une certaine aigreur, ennuyé qu'il est par ses petits camarades qui moquent sa « grosse tête ».

Plus tard, on le retrouve collectionnant les disques de groupes rock, également arborés sur t-shirt par l'adolescent, qui prend un net tournant « sex, drugs and rock&roll ».

Liêm Hoang-Ngoc, Les mystères de la Troïka

Liêm Hoang-Ngoc, Les mystères de la Troïka
Bellecombe-en-Bauges, éditions du croquant, 2014, 153 pages, 18.20 CHF.

Un attelage russe à trois chevaux? Non, la Troïka dont il est question désigne ici la Commission européenne (CE), la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI), réunis pour “gérer” le problème de la dette souveraine de pays européens membres de la zone euro, sur le principe cher au FMI d’aide contre réformes libérales. À l’heure des difficiles négociations entre le gouvernement grec et l’Eurogroupe (juillet 2015), l’ouvrage de Liêm Hoang-Ngoc (publié en juin 2014), est une lecture utile à quiconque cherche à mieux comprendre qui sont les acteurs derrière ces négociations aux conséquences économiques, sociales et politiques colossales.
L'introduction de l'assurance invalidité en Suisse - Virginie Fracheboud

L'introduction de l'assurance invalidité en Suisse - Virginie Fracheboud

Virginie Fracheboud, L’introduction de l’assurance invalidité en Suisse, 1944-1960

Lausanne, Éditions Antipodes, 2015, 215 pages, 32 fr.

En citant la formule « La Suisse a été épargnée par la guerre, mais non par la misère », Virginie Fracheboud rappelle que la revendication d’une assurance invalidité faisait partie des exigences de la Grève générale de 1918. Cependant, comme il n’y a guère, en Suisse, de mutilés que l’on croise dans la rue, le Conseil fédéral se contentera de faire inscrire ce droit dans la Constitution en 1925. Après le second conflit mondial il n’y a pas plus de mutilés physiques, mais la démocratie témoin est parmi les derniers pays européens à n’avoir pas encore résolu le problème et le Parti socialiste insiste pour le coupler avec l’AVS alors en gestation. L’AVS instaurée en 1948, il faudra encore onze ans pour que le parlement vote la loi d’application.

Pages