Critiques de livres

L'aveuglement - José Saramago

l'aveuglement saramagoSaramago José, L'aveuglement

Paris, éditions Points, 2008. 380 pages 12CHf.

 

Un seul sens vous manque et tout est sans dessus-dessous.

Dans L'aveuglement Saramago, auteur portugais, imagine un monde ou sévit soudainement une cécité épidémique. Sans raison un homme perd la vue au volant de sa voiture et transmet aux personnes qui ont été en contact avec lui son affection. Surnommée "mal blanc" par les autorités, car les nouveaux aveugles voient tout blanc, comme éblouis en permanence, la maladie se propage à une vitesse terrifiante et reste incompréhensible. Seule une femme, épouse d'un ophtalmologiste maintenant inutile, reste capable de voir et guide sa troupe d'aveugles dans l'asile où ils sont mis en quarantaine. Seule témoin oculaire d'un monde devenu fou, car littéralement sans discernement, elle persévérera à aider ces compagnons dans une société effondrée.

Ni cru, ni cuit

Ni cru, ni cuitMarie-Claire Frédéric, Ni cru, ni cuit: Histoire et civilisation de l’aliment fermenté

Paris, Alma éditeur, 2014, 359 pages.

Lorsque vous serez attablé devant votre festin de Noël, un verre de bon vin à la main et dans l’autre une tranche de pain toastée recouverte de saumon gravlax, le plateau de fromages attendant patiemment la fin du repas, regardez bien ces aliments que vous vous apprêtez à engloutir goulûment. Ils ont un point commun, ils sont tous fermentés. D’ailleurs si vous les regardiez d’encore plus près peut-être verriez vous les micro-organismes qui les ont transformés en délices encore à l’œuvre.

La fermentation est un processus naturel largement méconnu du grand public, mais qui intervient dans la fabrication de nombre d’aliments de tous les jours. Pain, vin, bière, choucroute, charcuterie, poisson (le hareng saur par exemple). Il aura fallu attendre Louis Pasteur pour comprendre ce qu’étaient ces organismes qui transforment la nature de ces produits. Bactéries, levures, moisissures, braves petites choses qui d’un produit brut peuvent faire une merveille.

« La fermentation ne se produit pas sans la vie, c’est sa caractéristique principale .»

Au bonheur des lettres

Au bonheur des lettresAu bonheur des lettres – recueil de courriers historiques, inattendus et farfelus

Paris, Editions du Sous-sol, 2014, 368 pages.

À l’époque de l’email il devient rare de recevoir dans sa boite aux lettres autre chose que des factures ou des publicités navrantes. Faut-il le croire, cela n’a pas toujours été le cas. Le présent ouvrage compile 125 courriers d’auteurs connus, ou pas du tout, à des destinataires renommés ou oubliés. Sur papier à lettre, manuscrite, tapée à la machine, gravée dans une noix de coco (JFK) ou sur une écorce de bouleau au XVe siècle, drolatiques, colériques ou poignantes ces missives font encore leur effet.

On retiendra Elvis Presley offrant ses services à Nixon pour combattre les communistes, Nick Cave envoyant bouler MTV et leur récompense, Jack l’Eventreur et sa lettre de l’enfer, les derniers mots de Virginia Woolf ou encore celle d’un esclave évadé à son ancienne propriétaire intitulée « Misérable femme ! ».

Pages