Guillemets

La reine des lectrices

"Il n’y avait aucun système dans sa manière de lire, un ouvrage en amenait un autre et elle en lisait souvent deux ou trois en même temps. Elle avait franchi l’étape suivante en se mettant à prendre des notes : depuis, elle lisait toujours un crayon à la main, moins pour résumer l’ouvrage que pour recopier certains passages qui l’avaient particulièrement frappée. Ce fut seulement au bout d’u an de cette pratique qu’elle se risque, non sans hésitation, à noter de temps à autre une féflexion de son cru. « Je perçois la littérature comme une immense contrée, inscrivit-elle un jour : je me suis mise en route vers ses confins les plus extrêmes, en sachant que je ne les atteindrai jamais. » Elle ajouta, sans transition : « Le protocole a ses mauvais côtés, mais l’embarras est bien pire. »

Alan Bennett
La Reine des lectrices
2009

La reine des lectrices

Le jour avant le bonheur

"Et donc ,je ne sais pas pourquoi nous avons sauté comme des cabris tous ensemble dans la rue. Ce que tu fais dans ces moments-là est pour partie de ton fait, pour le reste il relève de ce corps qui se nomme peuple. Ce sont les gens qui t’entourent qui font comme toi et toi tu fais comme eux. Pendant un instant, tu es devant tout le monde, puis les autres te dépassent, quelqu’un tombe à terre mort et le autres continuent en son nom ce qui est commencé. C’est une chose qui ressemble à un air de musique. Chacun joue d’un instrument et ce qui en sort n’est pas la somme des joueurs mais c’est la musique, un courant qui avance par vagues, écorche la mer…

Erri De Luca
Le Jour avant le bonheur
2010

le jour avant le bonheur Erri de Luca

La fille aux neuf doigts

"Ma grand-mère était une femme d'un mètre cinquante, douce et fragile, qui semblait n'avoir jamais rien compris au monde. La dureté de la vie, sous la dictature, avait fortement entamé sa confiance en l'humanité. Elle n'avait ni amis ni famille, à part grand-père, maman, Moira et moi, et elle vivait depuis des années déjà dans son propre univers mental. Il y avait longtemps qu'elle ne parlait plus à grand-père, mais leur vie commune ne semblait pas en souffrir. Ils s'adoraient. Grand-mère s'était tout bonnement levée un beau matin et avait omis de dire bonjour à grand-père. Rien n'avait changé sauf qu'elle n'utilisait plus les mots. Grand-père avait pensé qu'elle se remettrait à parler le lendemain, mais il n'en fut rien. Elle ne dit plus jamais un seul mot. Je n'ai donc jamais entendu sa voix, bien que Moira et moi lui parlions et qu'elle répondît à sa manière."

Laia Fàbregas
La Fille aux neuf doigts
Actes Sud, 2010, 173 p.

ISBN 978-2-7427-9126-2

La fille aux neuf doigts Laia Fabregas

Pages